Self-Care exagéré

Dans le monde des anglophones, le terme Self-Care est utilisé pour désigner ce que l’on fait pour notre propre bien-être. C’est aussi une pratique qui peut nous nuire si on ne fait pas attention à la manière qu’on l’utilise et qu’on le comprend. Ça peut sembler un peu paradoxale comme explication, mais je suis une preuve de cette réalité.

Vous vous disez sûrement « mais non, tu ne peux pas te nuire en t’occupant de ton bien-être. » Pourtant, à cause de la manière dont je m’y suis prise au self-care, cette année je me suis retrouvée en probation académique. Pour ceux qui ne le savent pas, ça veut dire que je n’ai pas assez bien réussi dans mes cours l’an passé et donc, j’ai eu à faire une pétition pour me réinscrire à York en explicant ce qu’y c’était passé et comment j’allait remédier à la situation. Une fois que j’étais inscrite à nouveau, on m’a donné une liste de restrictions et d’objectifs pour l’année par exemple le nombre de crédits que je peux prendre ainsi qu’une moyenne minimale pour rester inscrite l’année prochaine.

tumblr_ngxc7bfpjh1rtcfaqo1_500

Comment ça tu as fini en probation académique en essayant de faire du Self-Care?

La beauté des mots c’est qu’elles peuvent avoir toute une gamme de définitions, mais dans ce cas, c’est aussi le piège dans lequel je suis tombée. Self-Care c’est la pratique de s’occuper de soi; moi, je l’ai compris du sens: « tu évites ce qui te stress autant que possible et assure toi d’être heureuse tout le temps, peu importe le prix. » Vous commencez peut être à voir le problème.

Non, essayer de rester heureux et d’éviter le stress, c’est super bien comme but, ça ne pourrait pas te nuire!

Ah bon! Et si je disais que ça me rendait heureuse d’éviter mes cours pour aller à des événements ou passer plus de temps avec mes amis? Ou bien que ça me stressait de penser à faire des dissertations qui comptaient pour 15-20% de ma note finale? J’ai pris un mot qui désigne de prendre soins de soi et j’ai oublier qu’il y a aussi des côtés moins glamour qui sont censé garder l’équilibre.

Quel autre côté?

C’est le côté qui prend plus d’effort; celui qui contient toutes le tâches que tu dois accomplir. De mon côté, plutôt que d’éviter mes dissertations puisqu’elles me stressaient, j’aurais pu les écrire plus tôt, comme ça je n’aurait plus eu à y penser et à stresser. Je voulais voir mes amis et aller à des événements? J’aurais pu planifier des sorties autour de mes heures de cours et participer à moins d’événements plutôt que d’agir comme si je n’aurais plus jamais la chance de faire quoi que ce soit. C’est facile de se motiver à faire ce qui nous plait, mais la vie ce n’est pas que le plaisir.

responsibilities

Comment est-ce que je peux respecter cet autre côté?

C’est super simple même si ce n’est pas toujours évident, il faut juste finir ce qu’on a à faire même si ce n’est pas toujours plaisant. Si tu as une dissertation à rendre, mais elle te stresse, organise-toi pour l’écrire. Si ta poubelle est tellement remplie de déchets qu’elle déborde, sort la.

C’est un côté dont l’importance prend encore plus d’ampleur si on souffle de troubles de santé mentale. Un exemple assez courrant c’est la dépression. Souvent, un personne qui en souffre aura des moments où elle ne se sent pas motivé à faire mêmes les tâches qui nous semble les plus simples: se lever, s’habiller, manger…

tumblr_lgrvfiluom1qfysoeo1_500

Même si on n’a aucune motivation, que le poids du monde semble pousser contre nous, ce sont des tâches nécessaires et parfois il faut se forcer et pousser encore plus fort malgré tout. Si tu n’y arrives toujours pas, met toi des étapes avec des prix à la fin de chacun, par exemple, une heure de ton émission préféré ou un beau gros cornet de crème glacée; trouve un manière de le rendre plus plaisant comme la vidéo Facebook des hommes qui font une danse de leur déneigement; ou bien demande à un proche de travailler avec toi ou juste de t’encourager. Je l’ai dit plus tôt, les dissertations me stressent et j’ai tendance à les éviter le plus long possible, mais cette année, j’ai aussi une amie qui, dès qu’elle sait que j’en ai une, me demande à presque chaque fois qu’elle me voit si j’ai fais du progrès. Je n’avance peut être pas très vite, mais c’est déjà beaucoup mieux que l’année passée.

Ça me fait un peu rire d’écrire ceci puisque j’ai lu un conseil assez semblable sur le blog à Francette avant de venir à Glendon en me disant que ça ne m’arriverait jamais et pourtant, me voici. Il est souvent plus facile de dire que de faire et j’ai honte de ce que j’ai accompli au niveau académique l’année passée, mais c’est une lesson que j’ai appris, même si elle n’a pas été la plus agréable. Pour mes cours cette année, j’ai l’impression que ça va beaucoup mieux. Maintenant, il faut juste que je continue à m’améliorer et on verra ou j’en serai d’ici quelques années.

~Nad

Publicités

3 réflexions sur “Self-Care exagéré

  1. Ping : Flashbacks To Jumpstart – L'Effet Papillon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s